« Hors Collection »

Couverture

Comme sur un lit de roses
Millard Kaufman




Judd Breslau est un adolescent brillant de 14 ans qui essaie de terminer son doctorat de littérature. Quand sa mère disparaît pour se consacrer entièrement à l’écriture de poésies avant-gardistes, Judd commence un voyage des plus singuliers, qu’il nous raconte depuis une prison de l’Assama (une province imaginaire d’Irak) où il attend l’heure de son exécution. Si Judd en est arrivé là, c’est parce qu’il a intégré un groupe de travail dirigé par le professeur Chatterton, un égyptologue excentrique persuadé de découvrir bientôt le secret grâce auquel les pharaons auraient construit les pyramides : des ondes sonores capables de transporter dans les airs des blocs de granit entiers. Là, pendant des mois, on ne demande à Judd que de rester dans son bureau, réfléchir à l’idée du suicide et jouer (affreusement mal) du tuba en attendant d’éventuels premiers symptômes de lévitation. S’il ne prend pas ses jambes à son cou, c’est parce que Judd est tombé éperdument amoureux de Valerie, la fille de l’égyptologue. La conquérir va devenir la principale ambition de Judd, ainsi que le noeud des péripéties qui s’ensuivent. Que ce soit dans un ranch tragiquement patriarcal du Colorado, dans les couloirs d’un studio de cinéma porno sous le pont de Brooklyn ou dans l’Assama contemporain, tous les personnages que va rencontrer Judd sauront exploiter son amour pour Valerie afin de l’embrigader dans leurs plans tortueux pour devenir les maîtres du monde. Comme sur un lit de roses est le plus grand roman picaresque paru ces dernières années outre-Atlantique. D’une folle inventivité, il témoigne aussi d’un questionnement grave et profond sur le temps de l’adolescence et la folie meurtrière des temps modernes.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par : Jean Szlamowicz
© UEVI : tous droits réservés, 2013-2021. Mentions légales.
Ce site a été développé par Pierre-Marie Aubertel et Émeric Fisset.