« Hors Collection »

Couverture

Paysages en bataille, Les séquelles environnementales de la Grande Guerre
Isabelle Masson-Loodts




Le dernier combattant, toutes nations confondues, de la Première Guerre mondiale est mort en 2011. Pourtant, sur l’ancienne ligne de front, la Grande Guerre n’appartient pas qu’au passé. La lecture de ses paysages révèle d’innombrables traces de ce conflit dévastateur. En bien des endroits, la nature est toujours lardée des cicatrices de la folie des hommes. La guerre fait encore partie du quotidien des paysans qui ramassent sur les anciens champs de bataille les obus et grenades que la terre recrache dans le sillon des tracteurs. Les sols et les mers resteront encore longtemps pollués par le conflit. Les campagnes recèlent nombre de « secrets » dérangeants. Et l’armistice de 1918 n’a pas empêché la guerre de continuer à faire des victimes. Comment observer ces séquelles dans nos paysages actuels ? Comment ne pas s’en inquiéter ? Mais on peut aussi s’émerveiller, comme le firent en leur temps les poilus, de l’extraordinaire faculté de la nature à se relever des ravages subis. Sur les 750 kilomètres du front, les sites de mémoire sont souvent devenus d’étonnants îlots de biodiversité, des reliquats de nature intacte dans un territoire intensément urbanisé ou cultivé. Isabelle Masson nous invite à l’accompagner, de l’Alsace aux Flandres, dans un voyage au cœur des paysages et des séquelles environnementales de la Grande Guerre. Ses pérégrinations géographiques et historiques témoignent de la relation intime des hommes avec celle-ci, durant le conflit et jusqu’à ce jour.

© UEVI : tous droits réservés, 2013-2021. Mentions légales.
Ce site a été développé par Pierre-Marie Aubertel et Émeric Fisset.